Les Canadiens sont-ils moins généreux?

Publié le: novembre 16, 2018
bg_purple

Les Canadiens sont-ils moins généreux?

À quel point sommes-nous généreux? Alors que la période de pointe des campagnes de sollicitation des organismes de bienfaisance approche à grands pas, NLogic s’est demandé à quoi ressemblait le portrait global du marché canadien des donateurs et qui étaient ces gens charitables. Nous avons donc examiné notre plus récent sondage RAE réalisé auprès de plus de 40 000 Canadiens et le tableau ci-joint illustre les résultats.

 

Est-ce que les Canadiens donnent davantage qu’ils le déclarent?

D’après l’étude RAE de NLogic, 72 % des Canadiens affirment avoir fait un don en argent à un organisme de bienfaisance au cours de la dernière année, et 35 % des adultes déclarent donner plus de 100 $ par année. Or, Le rapport sur les dons 2017 de CanaDon révèle que seulement 33 % des Canadiens ont indiqué un don sur leur déclaration de revenus, soit une baisse de 3 % par rapport à 2010.

Est-ce que les Canadiens donnent moins que ce qu’ils prétendent, ou est-ce qu’ils omettent simplement de demander des crédits pour tous leurs dons? Nous croyons que la réponse se trouve entre les deux et que le pourcentage réel de Canadiens qui ont fait un don en argent se situe quelque part à mi-chemin.

Le rapport indique aussi une baisse annuelle globale des dons d’environ 3 % par rapport aux trois dernières années pour les familles à revenu élevé. Pourquoi en est-il ainsi? Selon le Insurance & Investment Journal, les Canadiens sont moins généreux et plus conservateurs avec leur argent qu’il y a 10 ans, et ce, pour ces raisons :

  • la volatilité des marchés;
  • une économie à croissance lente; et
  • des niveaux élevés d’endettement.

 

En examinant les résultats du sondage de NLogic, on remarque que les Canadiens âgés de 65 ans et plus continuent d’être les plus généreux alors que 56 % d’entre eux font du bénévolat régulièrement ou à l’occasion, comparativement à 47 % de l’ensemble des adultes. Cette tranche d’âge plus âgée affiche aussi la moyenne la plus élevée de dons de bienfaisance, soit environ 243 $.

À quel point le marché est-il concurrentiel?

Chimp Technology a récemment signalé qu’il y a plus de 86 000 organismes de bienfaisance enregistrés au Canada et qu’au moins autant d’organismes de charité non enregistrés se font concurrence pour obtenir l’argent des Canadiens. En raison des faibles barrières à l’entrée et de la diminution du soutien de l’État, de plus en plus d’organismes de bienfaisance font leur apparition et représentent autant plus d’options pour les Canadiens pour donner leur temps et leur argent. Ajoutez à cela une surveillance et une méfiance accrues et les organismes de bienfaisance doivent travailler beaucoup plus fort pour chaque dollar de don.

Mais comment ces organismes peuvent-ils continuer à se faire remarquer ? Selon les données de suivi publicitaire de NLogic, il y a eu une baisse de 26 % de la publicité télévisée par les organismes de bienfaisance au cours de la dernière année, ainsi qu’une diminution de l’ensemble des messages d’intérêt public. Sont-ils passés aux médias sociaux et aux publicités en ligne?

Peut-être. Mais peu importe où se trouvent les organismes de bienfaisance canadiens, ils doivent reconnaître qu’à mesure que la concurrence augmente, le bassin de financement ne semble pas suivre le rythme et il sera essentiel de trouver des moyens créatifs et rentables d’accroître les dons et le nombre de donateurs.

Created with Visage

Communiquez avec nous pour découvrir comment nous pouvons vous aider à exploiter vos données.

Consultez nos experts